Accueil > Comment choisir un bon fournisseur pour un feu d'artifice

Les clés pour trouver un bon fournisseur de feu d'artifices


Toutes les entreprises proposant des feux d'artifices ne se valent pas. Or leurs compétences sont essentielles pour obtenir un spectacle de qualité.
Tour d'horizon pour choisir un spectacle de qualité ;

La sélection d'une entreprise spécialisée dans le pyrotechnie de divertissement est importante, non seulement pour obtenir un produit de qualité mais aussi pour se garantir des conséquences -le risque zéro n'existe pas- d'un dysfonctionnement ou pire d'un accident.
D'autant plus que le feu d'artifices, incontournable dans la vie de la collectivité, a un coût non négligeable. Il représente aussi un danger potentiel pour les spectateurs et l'environnement humain ou naturel. Dans ces conditions mieux vaut ne pas se tromper dans son choix. C'est pourquoi il est important de tenir compte de plusieurs facteurs pour se décider en toutes connaissances de cause.

Connaître les termes de l'offre et la composition du spectacle

Les devis, catalogues et propositions personnalisées de feux d'artifices sont difficiles à comprendre dans leur réalité à cause des termes techniques employés qui tiennent plus du jargon que du langage courant. Les présentations illustrées de photos ou de vidéos, certes attrayantes, n'apportent pas grand renseignement dans la mesure ou les effets pyrotechniques présentés ne peuvent pas être représentatifs de la réalité du spectacle proposé. Voir un feu d'artifices en photos ou même en vidéos n'a pas le même impact que le voir en réalité. Un écran d'ordinateur n'est pas comparable à un ciel étoilé ! De plus les vidéos présentées ne correspondent pas forcément à ce que vous aurez en réalité. Demandez à garder les vidéos pour les comparer à votre spectacle, surprise garantie !

Il faut aussi prendre avec précaution les chiffres. Les offres comportent le nombre de projectiles total et/ou ventilé par calibre, par séquences, par tableau, etc... elles comportent aussi le poids de matière active, c'est à dire l'explosif. Il convient d'examiner ces chiffres avec soin et de calculer les ratios suivants : le poids moyen d'un projectile, le prix moyen d'un projectile. Les résultats sont souvent éclairants sur le sérieux de l'offre. Si vous constatez que le poids moyen correspond à quelques grammes et que le prix moyen n'est que de quelques euros, à l'évidence il y a quelque chose qui ne va pas. Bien que les offres à bas coût soient attractives, méfiez-vous des remises mirifiques qui peuvent cacher un service bâclé, des produits bas de gamme ou simplement une tromperie sur la quantité.

Il ne faut pas non plus se contenter d'inventorier les calibres des projectiles. Ce critère est lui aussi peu pertinent. Car le calibre ne concerne que le contenant, il est préférable de s'intéresser au contenu qui est à l'origine des effets et couleurs.

Quelle est la qualité de ce contenu en terme de couleur, d'intensité, d'originalité des produits contenus dans les articles pyrotechniques ? Voilà la question à se poser. Évidemment on rentre là dans la technique spécifique et dans les secrets de fabrication. Difficile pour un non initié de se faire une opinion, mais c'est là que réside le secret de la qualité et de la différence entre un beau feu d'artifices et un feu d'artifices médiocre, pas ailleurs, si ce n'est dans les compétences de l'opérateur tireur qui va mettre en œuvre le spectacle (voir encadré). Vous pouvez toutefois vous renseigner sur la provenance des produits : Europe ou Asie ? C'est un assez bon indicateur, même si on trouve d'excellents produits en Asie, les produits européen sont largement supérieurs en terme d'intensité de couleur. Comment reconnaît-on un artifice européen ? En général le contenant est en plastique entièrement ou partiellement et le nom du fabricant apparaît sur l'étiquette collée obligatoirement sur chaque article. Il faut aussi savoir qu'il n'y a plus de fabricant en France, à l'exception d'un tout petit, incapable de fournir à grande échelle. Il faut donc se méfier de celui qui vous propose des produits français.

Il convient aussi d'étudier de près l'assurance RC de votre futur fournisseur. Exigez que les montants des garanties soient indiqués clairement sur l'attestation d'assurance. Souvent ces montants sont dérisoires et c'est la collectivité qui doit faire l'appoint en cas de problème.

Autre élément à ne pas négliger, le service fourni. Pour les collectivités qui procèdent elle même au tir, la livraison gratuite du feu et du matériel nécessaire à la mise en œuvre doit être précisée ainsi que la reprise de ce matériel après le spectacle. L'état de ce matériel doit être irréprochable, car du matériel fatigué, mal conçu, inapproprié est source de difficultés ou d'accident. Si vous achetez des spectacles « clé en main », faites porter sur le contrat le coût des frais annexes supportés par l'acheteur et demandés par le fournisseur tels que la fourniture de matériel complémentaire (parpaings, latte de bois, sable, brouette, abri,etc...) et/ou la restauration des opérateurs, leurs rafraîchissements et parfois même leur hébergement. Tous ces faux frais ont un coût.

Il est à noter au passage que le nombre d'opérateur présent sur le site n'a aucun rapport avec la qualité du spectacle. Plus il y a de monde sur le chantier, moins il y a de travail pour chacun. Par contre le risque est aggravé par le dispersement des tâches et des responsabilités. De plus un nombre important d'intervenants est incompatible avec un prix compétitif.
Enfin , élément primordial,il faut s'assurer du sérieux de l'entreprise sélectionnée. Actuellement ; en France, on trouve environ 500 entreprises proposant des feux d'artifices. Du travailleur indépendant (auto entrepreneur) qui tente de rentabiliser sa « passion » à l'entreprise de dimension nationale. Ces entreprises restent relativement petites puisque la plus grosse n'a guère plus de 100 salariés. Attention à ne pas se laisser abuser par la marque que brandissent les toutes petites structures. Un nombre important de petit revendeurs ont obtenu le privilège d'utiliser le nom d'une marque connue même si les produits qu'ils utilisent viennent d'ailleurs pour la plupart. Pour éviter les ennuis, privilégiez les sociétés adhérentes au Syndicat de la Pyrotechnie de Spectacle et de Divertissement SPSD (www.spsd.info) qui se sont engagés dans une démarche qualité et sont toutes soucieuses de respecter les réglementations en vigueur.

Un fournisseur dans les règles

Une enquête du SPSD, publié il y a quelques mois a dénoncé les dérives du secteur sans être contredit. A peine une entreprise sur dix est en conformité avec les réglementations régissant le stockage, la manipulation et le transport des explosifs que sont les artifices de divertissement. Pour plus de sécurité pour le public et le donneur d'ordre qui peut être mis en cause dans le cas d'un accident provoqué par une entreprise hors la loi, il faut exiger des fournisseurs qu'ils produisent une copie de leur propre autorisation préfectorale d'exploiter une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE) lui permettant, non seulement de stocker les artifices de divertissement (rubrique 1311) mais aussi de les manipuler (rubrique 1310).

Pour les feux importants, il faut exiger du fournisseur les documents (carte grise barré rouge, certificat de formation du conducteur au transport des explosifs) attestant qu'il est en conformité avec l'ADR. La production de ces documents a l'avantage de situer l'entreprise détentrice dans le groupe des entreprises dignes de confiance, et ainsi de s'assurer d'avoir un spectacle à la hauteur de vos attentes. Pour tout renseignement contact@spsd.info.

Formation des artificiers
Le décret 2010-580 prévoit que le tir des artifices à partir de mortier (les bombes) sera réservé à partir du premier juillet 2017 aux personnes titulaires du certificat de qualification au tir des artifices de catégorie F4. En clair çà veut dire que toutes les bombes, y compris celles de calibre 40mm, passe dans le domaine « professionnel ». Les collectivités qui procèdent elles même au tir des feux d'artifice doivent anticiper car le diplôme exigible le premier juillet 2017 ne s'obtient pas rapidement. Il faut que le tireur suive une formation de 2 jours pour le niveau 1 (bombes de calibre inférieur à 105mm), et de 3 jours supplémentaires pour le niveau 2 (bombes de calibre supérieur à 105mm) dispensée par un organisme de formation agréé (il y en a 6 en France, là encore prudence, car des formations sauvages, appelées pudiquement décentralisées, sont organisées par n'importe qui) et qu'il participe au tir de 3 feux d'artifice contenant des articles pyrotechniques K4 ou de catégorie F4. La catégorie F4 étant le groupe d'artifice remplaçant les artifices K4 dans la nouvelle réglementation.


Copyright © Eurobengale - Haut de la page - Propulsé par B3clic Creation site internet
Ce site utilise des cookies ainsi que des cookies de services tiers, en naviguant sur ce site vous acceptez l'utilisation de ces cookies.. Plus d'informations